Millî Görüs ou l’émanation de l’islamisme turc en France et en Allemagne

La Confédération Islamique Millî Görüs (CIMG) est l’émanation française du mouvement islamiste turc Millî Görüs, littéralement « vision nationale », fondé par l’ancien Premier ministre turc Necmettin Erbakan en 1969.

Ce mouvement est très présent en Allemagne où il affirme dans son bulletin interne que « la communauté est un moyen au service du but – le but étant d’islamiser la société ».

En mai 2013, le procureur de Cologne a accusé le Secrétaire général du mouvement de fraude fiscale et de fraude sur les dons. Le Secrétaire général aurait détourné, avec trois anciens responsables de la communauté, plus de onze millions d’euros de dons. Entre 2005 et 2009, les accusés auraient rassemblé quelques 377 000 dons d’un montant de 100 euros par fidèle, et en auraient détourné près d’un tiers[1]. Mais cela n’a jamais pu être prouvé.

Plus grande association musulmane d’Allemagne, pays qui compte 5,6 millions de fidèles se disant appartenir à l’islam, l’organisation Millî Görüs a été fondé dès les années 70. Ses érudits religieux répandent la bonne parole auprès de centaines de milliers de personnes qui fréquentent les quelque 500 mosquées et lieux de prière contrôlés par l’organisation. Les renseignements généraux allemands qualifient l’organisation de « islamiste fondamentaliste ». Elle compterait 26 500 membres, mais le nombre de ses sympathisants serait nettement plus élevé. Le journal allemand Die Zeit a retracé en 2014 l’histoire de cette association[2]. Le tribunal administratif de Berlin a donné son feu vert en 1998, confirmé par une décision de la Cour fédérale administrative en février 2000, pour qu’une association islamique puisse dispenser des cours de religion dans les établissements scolaires publics (voir Courrier International numéro 420 du 18 novembre 1998). Le but de l’association serait d’utiliser la démocratie pour imposer un Etat religieux comme le soulignait déjà Necmettin Erbakan. « Hasan Ozdogan, dirigeant de Milli Görüs souligne « nous ne sommes plus simplement une masse entre les mains des politiques : nous devenons un potentiel électoral ». Otto Schily, ministre de l’Intérieur, leur a d’ailleurs donné un nouveau coup de pouce en proposant de mettre les organisations islamiques sur un pied d’égalité avec les Eglises chrétiennes, via un statut de collectivité de droit public »[3].

La France nouveau territoire d’implantation de Millî Görüs

L’association a des antennes dans plusieurs villes de France selon son site internet : Paris, Lyon, Orléans, Fontenay-aux-Roses, Colmar, Annecy… Cette implantation ne va pas sans créer de conflits avec les habitants. A la Meinau (quartier de Strasbourg) le projet de construction d’une Mosquée par Millî Görüs a donné lieu à une plainte auprès du Tribunal administratif par le parti politique d’extrême-droite Alsace d’abord (ADA) lié au Bloc identitaire. L’Etat a donné raison à l’association islamiste turque qui construira l’une des plus grandes mosquées d’Europe à quelques kilomètres de la grande mosquée de Strasbourg.

La construction de mosquées n’est pas le seul but de cette association. Le 21 mai 2016, avec l’accord de la mairie de Bordeaux, le mouvement islamique Millî Görüş tenait un stand en plein centre-ville, devant le grand théâtre. Distribution de roses et de tracts étaient au programme à l’occasion de l’action européenne : « Permettez, je suis musulman ». Le maire de Montargis a interdit la même manifestation dans sa ville. En mai 2017, la confédération a organisé une journée portes ouvertes à la mosquée de Châteaudun où un nouvel imam en provenance de Turquie est attendu[4].

La dernière réunion date du 19 novembre à Annecy où Marwan Muhammad, ancien président du CCIF était invité pour parler de l’islamophobie en France. Le CCIF ne voit donc pas d’inconvénient à participer à une réunion au sein d’une association connue pour ses positions antisémites. En effet, en 2002, prêches contre la démocratie, attaques antisémites et incitations à la violence ont émaillé la rencontre européenne annuelle de l’organisation turque à Arnheim, aux Pays-Bas[5].

 

L’antenne de l’AKP dans l’Hexagone

Ce qui est le plus inquiétant, ce sont les liens avec Erdogan et l’AKP turc. Comme le souligne Libération[6], «dans la plupart des mosquées, il y a des cours de langue et de religion», remarque l’historien et politologue Samim Akgönül, qui y voit là le moyen de faire passer le discours nationaliste et islamique du parti au pouvoir à Ankara ».

Ahmet Ogras proche de l’association Millî Görüs  était à la tête du CCMTF (Comité de coordination des musulmans turcs de France) servant de bannière à l’islam officiel turc. Il est désormais à la tête du CFCM (Conseil français du culte musulman) depuis 2017, ce qui ne manque pas de questionner. Cet homme d’affaires inquiète de par ses liens avec Erdogan et sa faible connaissance religieuse. Ingénieur de formation, Ahmet Ogras a participé au milieu des années 2000 à la fondation de l’Union des démocrates turcs européens (UDTE), proche de l’AKP, ce qu’il réfute. Il s’agit “Seulement des liens d’amitié et une reconnaissance mutuelle avec Erdogan[7] qu’il voit comme un modèle de démocratie. C’est avec l’UDTE qu’Ahmed Ogras a participé à des manifestations en Allemagne contre la reconnaissance du génocide arménien et pour soutenir Erdogan après le putsch raté en juillet 2016.

Millî Görüs est désormais bien implanté en France et bénéficie du soutien du président du CFCM. Inquiétant non ?

 

 

 

[1] http://www.spiegel.de/spiegel/vorab/milli-goerues-generalsekretaer-wegen-verdacht-auf-spendenbetrug-angeklagt-a-899275.html

[2] https://www.courrierinternational.com/article/1999/05/20/milli-goerues-la-pieuvre-de-l-islamisme-allemand

[3] Idem

[4] http://www.lechorepublicain.fr/chateaudun/religion-spritualite/2017/04/27/la-communaute-islamique-du-milli-gorus-ouvre-ses-portes_12380937.html

[5] http://www.cafebabel.fr/societe/article/milli-gorus-le-loup-dans-la-bergerie.html

[6] http://www.liberation.fr/france/2016/06/21/ahmet-ogras-tete-de-pont-d-ankara-dans-l-islam-francais_1461027

[7] https://www.la-croix.com/Religion/Islam/Ahmet-Ogras-militant-franco-turc-tete-CFCM-2017-06-28-1200858856