“Bonsoir Ahmed, je vais déballer mon point de vue ici…”

Bonsoir Ahmed, je vais déballer mon point de vue ici, tu me diras ce que tu en penses et comment tu vois les choses.
Pour commencer, je vais te parler un peu de moi pour situer: j’ai quasi 40 piges, une femme et deux filles, je vis dans l’est de la France, une région que tu connais bien, actuellement. Je n’ai voté qu’une seule fois dans ma vie car je suis déçu de la politique depuis toujours. J’ai depuis tout petit beaucoup lu, beaucoup voyagé, rencontré énormément de monde et côtoyé nombre de cultures différentes.
J’ai vécu en Chine une année, passé du temps dans le Rif chez un ami il y a une quinzaine d’année de cela, bourlingué en Asie quelques années, pour le boulot il y a 10 ans de cela. Je pense être assez cultivé et ouvert, j’ai vécu des situations très complexes au contact de diverses cultures professionnellement notamment au contact de la communauté musulmane. J’ai rencontré et travaillé avec des membres de la famille royale de Barhein, avec d’anciens militaires et autres personnages quand j’étais gem-dealer, bref, je pense avoir une certaine expérience de la nature humaine et de ses travers.

J’ai été baptisé, fais ma communion etc.. mais j’ai toujours détesté cela, mes parents qui faisaient le catéchisme quand j’étais gamin ne m’ont pas laissé le choix. Ils ne pratiquaient pas vraiment et ne pratiquent d’ailleurs plus du tout. J’ai très tôt développé un anti-cléricalisme aigu au contact des croyants mais aussi au fil de mes lectures diverses et variées et suis devenu athée très tôt. Ayant toujours côtoyé des musulmans, dont certains étaient des amis proches, notamment celui chez qui j’ai vécu au Maroc, j’avais une vision très positive de l’islam par l’image de ce que les gens que je côtoyais me projetaient et leur accueil et gentillesse. Bref, j’avais une vision plutôt positive de cette religion.

Suite à l’attentat de Charlie Hebdo en 2015, j’ai commencé à voir des gens dire que ce n’était pas ça l’islam et que ces gens n’étaient pas musulmans. J’ai voulu comprendre et savoir enfin de compte précisément ce qu’est l’islam. J’ai un coran à la maison depuis longtemps, et j’ai décidé de le lire, de rejoindre des pages de débat sur des forums et sur FB et de suivre certains apostats pour connaitre les différents points de vue relatifs à cette religion, pour avoir plusieurs angles de réflexion. J’ai été pour le moins surpris, c’est peu dire, de la teneur de ces textes, de la sunna et des hadiths sahih que j’ai pu trouver. Mon point de vue a radicalement changé suite à ces recherches et ces échanges, j’ai suivi Waleed Al Husseini assez rapidement, j’ai eu l’occasion d’échanger brièvement avec lui et d’autres apostats qui m’ont fait comprendre que la vision gentillette de base judo-chrétienne d’une religion n’était pas applicable à l’islam et que nous étions bien trop conciliant de ce point de vue, considérant que ce ne pouvait être une menace.
En France, quand on parle de religion, c’est plutôt pour tourner en dérision une idéologie archaïque que pas grand monde ne prend au sérieux. J’ai pas mal échangé avec David Duquesne, dont j’apprécie la plume et l’esprit ainsi qu’avec David Vallat, pour sa connaissance de l’intérieur et son objectivité.

Pour en revenir au problème d’unité de lutte, j’ai gardé mes distances pendant un temps vis-à-vis de quelques personnes que je voyais intervenir sur divers supports, en gardant un certain retrait d’observation pour arriver à me faire mon idée quant à leurs interactions et aux diverses lignes défendues.
Je suis profondément anti-raciste, plutôt ouvert à la notion de spiritualité et politiquement plutôt à droite.
J’ai trouvé beaucoup de conflits d’égos, de querelles de clochers dénuées de sens la plupart du temps et de nombreuses personnes s’opposant sur des broutilles et des antécédents pour défendre le mouvement qu’ils ont créés ou qu’ils suivent plutôt que les idées qui nous sont chères. A savoir, de mon humble point de vue, un respect de la laïcité au pied de la lettre en application des textes de loi existants sans aucune tolérance ou compromission.

Je souhaite adhérer à un ou même plusieurs mouvements (Laïcart et la France de Marianne pour ne pas les citer) mais je ne les connais pas tous, loin de là.
Je ne souhaite pas rentrer dans ce jeu qui me semble complètement puéril et qui nuit à la crédibilité de l’ensemble ainsi qu’à la portée de ces actes. Je pense qu’il faut que chacun soit prêt à faire des compromis sur ses petites envies ou nos idéaux divers, et de s’affranchir de toute attachement ou rapprochement politique ou religieux car cela fausse le débat et crée des clivages qui ne vont pas dans le bon sens. C’est d’autant plus inutile que ces combats me semblent bien moins pertinents actuellement au vu de la collusion de la classe politique dans son ensemble. Il sera toujours temps de faire une remise en cause de la politique quand nous aurons avancé sur la laïcité, c’est bien plus important maintenant.

Pour être une vraie force et un vecteur d’influence aujourd’hui, le nombre, mais surtout la cohésion dans le discours et les actions sont capitales. Nous avons face à nous une mécanique bien huilée, dont le discours est travaillé et soutenu, et c’est ce qui fait sa portée. Nous ne pourrons pas nous opposer à eux en ordre dispersé avec des idées disparates et pas cohérentes, trop de divergences qui seront autant de munitions pour nous faire taire. Nous ne serons pas crédibles et c’est perdu d’avance.
C’est capital de faire l’impasse sur certaines rivalités tenaces au sein de nos forces et d’être capable de faire des compromis pour se fédérer autour d’un projet, d’une seule voix, au détriment d’autres probablement mais c’est la seule solution. Les concours de kékettes puérils ne doivent plus avoir droit de citer car cela met en porte à faux l’ensemble des mouvements et donne le flanc à la critique à nos opposants qui n’en demandent pas tant. la meilleure solution pour moi et de faire une sorte de tri, de mettre les gens face à leurs responsabilités, et de créer un mouvement unique qui rassemble les divers courants en déléguant une ou deux personnes élues en internes et aptes à représenter leur mouvement au sein du mouvement global.
Soit par élection au sein de ceux- la ou autre. Suite à cela, faire une réunion global des représentants de tous ces mouvements et définir ensemble la ligne commune, quitte à passer par un vote, car d’unanimité il n’y aura pas. Et de mettre tout le monde au pli, pour le bien de cette lutte et pour espérer avancer. Une fois cela fait, il faudra trouver des entrées et ne pas hésiter à utiliser le principe du lobby et des influenceurs pour porter une parole commune décidée en amont et la faire aboutir. Donner de la visibilité aux idées et une crédibilité qui passe par les médias et autres vecteurs de communication numérique. Voila, pour faire court. C’est probablement un peu brouillon et demande à affiner certains points mais pour moi, l’axe de travail est là. Qu’en penses-tu?

Xavier Pupunat