Ahmed Meguini : J’appelle à un sursaut républicain !

Les électeurs Front National ne sont coupables de rien. Ils exercent leurs droits civiques au même titre que n’importe quel citoyen dans notre démocratie. Les électeurs Front National sont les plus nombreux à être sûrs de leur choix. Ils votent pour Marine Le Pen et contre personne, ou alors contre le système politique, comme les autres, à cette différence près que le FN est pionnier en matière de populisme. Ce qui est coupable en revanche, c’est le cynisme et la misère de ceux qui rêvent ouvertement de se retrouver face à Marine Le Pen au second tour. Il y a 15 ans, après le 21 avril 2002, nous étions des centaines de milliers à descendre dans la rue pour protester contre la présence de l’extrême droite au second tour, un peu moins – quelques dizaines – à porter une banderole où l’on pouvait lire « Il ne suffit pas d’être contre ». Quelques jours plus tard, le Président de la République Française était réélu à 82%, dès lors extrême droite ne cessera de dénoncer « le système UMPS ». Une rhétorique anti-système reprise aujourd’hui par tous, sans exception. Rarement un parti n’aura été aussi influent : il y a 15 ans le FN perdait dans les urnes et, comme nous le pressentions, il avait gagné dans les têtes.

 

J’appelle à un sursaut républicain !

 

Quel que soit notre candidat, nous avons le devoir d’agir là où nous sommes contre la résignation et le renoncement, là où demeure le fascisme véritable. Ne permettons plus à nos amis de s’arranger avec cette réalité et préservons nos divergences en nous rassemblant autour de nos valeurs d’humanisme, de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Avant le barrage au Front National doit précéder le combat contre ses idées. Levez-vous et combattez.

Ahmed Meguini

Président de LaïcArt

L’heure est grave, nous devons élever le niveau

Les extrémistes religieux ont choisi d’hystériser le débat des élections présidentielles afin d’accentuer les clivages jusqu’au point de rupture. C’est un piège mortel dont il est très difficile de s’extraire. Les identitaires de tous bords ne reculent devant aucune caricature ni outrance dans l’espoir de susciter des réactions au moins aussi excessives, et qui leur profiteront toujours. Cette tactique est payante parce qu’elle conduit beaucoup de nos concitoyens à choisir un camp, qui n’est plus politique mais identitaire. De plus le vacarme produit par ces vociférations, neutralise l’intelligence et empoisonne le débat d’idées. Il n’y a qu’une seule façon de déjouer la manœuvre, être capable d’une grande discipline intellectuelle, avoir une méthode et dans la mesure du possible un plan. L’absence de visibilité règle à mon sens la question du plan. La discipline intellectuelle nous engagera à éviter les procès d’intention, les extrapolations hasardeuses et à étayer nos argumentaires sur la base des programmes et des déclarations des candidats et candidates à la présidence de la République. Nous allons créer une base de documentation sur notre sujet principal : la laïcité. Il faudra, et c’est peut-être le plus important, coordonner nos efforts sur les réseaux sociaux, surtout Twitter, il nous faudra également être irréprochables, implacables, intransigeants et surtout audibles. Jamais le projet de l’extrême-droite n’a été aussi proche du pouvoir, l’heure est grave, nous devons élever le niveau. Si nous ne pouvons pas pour l’instant renouveler le personnel politique, nous inventons l’exercice de la citoyenneté du 21ème siècle.[wpeppsub id=”13700″ align=”center”]