Étaient présents : Assia, Sémira, Denis, Caroline, Karim, Irène, Ahmed, Haytem, Corinne (du Languedoc-Roussillon, de passage à Paris), Ourdia à partir de 20h, Ali

Excusés : Mohamed, Céline, Pierre, Guillem

La séance débute vers 19h45, Sémira tient la feuille des tours de parole.

Karim présente une “fiche-recette” telle qu’on en utilise en informatique pour le développement de projets. Cf. scan.

Cela permet à une personne ou à un groupe de planifier une action et de répartir les responsabilités. Il distribue des photocopies de cette fiche.

Ahmed propose d’en tirer un formulaire en ligne, il y a des outils télétravail simples et gratuits.

Irène propose un ordre du jour :

a) où en est le site de LaïcArt.org (qui a récemment eu des problèmes) ;

b) l’argent : le site a eu besoin d’un hébergement professionnel, et Ahmed l’a payé pour l’instant, mais il faut passer à un paiement collectif et songer à se constituer en association pour cela ;

c) enfin, quels projets concrets envisager ?

Ahmed fait le point sur le site : il vient de faire à faire une mise à jour vers un niveau d’hébergement avec plus de RAM et de bande passante. Le site est aussi mieux adapté aux terminaux mobiles (tablettes, téléphones). Il y a eu un plantage, mais le site a été rétabli à partir d’une sauvegarde.

“Je suis propriétaire du site jusqu’ici et ça ne doit pas durer, quand on parle d’horizontalité, il faut être cohérent. je vous propose de faire une structure associtive, et pour le financement, c’est très facile d’installer un bouton Paypal.”

“L’idéal serait d’avoir une figure de tutélaire, une présidence symbolique et engageante, une filiation intellectuelle, je pense toujours à E. Badinter…”

Comme suggestion d’action pour nous faire connaître : faire des stickers “Laïcité” à mettre sur les mairies, à côté de “Liberté, Égalité, Fraternité” !

Enfin, la page Facebook manque d’activité, quelqu’un est volontaire ?
Haytem raconte qu’il a une expérience de Community Manager en Tunisie, et est volontaire pour Facebook.

Denis explique que Caroline et lui, dans le cadre du mouvement qu’ils avaient initié, hésitent un peu sur la plate-forme : “On ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs”. Les stickers, par exemple, cela semble un peu tôt. Et puis, chez eux, à Levallois, difficile de mettre quoi que ce soit sur la façade de la mairie : trop de caméras !

Bref, il faut se construire. On doit aussi oberver ce qui se passe, d’autres initiatives semblent aller dans le même sens que nous : La Transition fait parler d’elle, mais ça fait assez “communication”, ça peut créer des espoirs, mais gare aux déceptions…

On a déjà au moins 3 fiches : veille sur les autres projets citoyens ; créer l’association structure ; et peut-être les stickers.

Karim : “La première pierre, c’est de faire la structure associative”. Après, ça nous permet de créer du contenu, créer des événements, recruter, récolter de l’argent. On peut faire une chaîne YouTube qui ouvre la caméra aux citoyens, qui va n pourra aller des manifs parisiennes… Par exemple, une vidéo sur les manifestants iraniens à Paris amènent la visite de nombreux iraniens, donc de la bande passante, et la monétisation se fait automatiquement avec YouTube.

Il faut être connus pour un contenu laïc et citoyen, “réveiller les gens hyptnotisés par l’islamisme”. Il se propose déjà comme contributeur de textes.

Sémira est d’accord sur l’importance de l’association, d’autant que ça pourra décharger Ahmed. Mais, “on n’oublira pas ce qu’il a fait !”

Ahmed rapporte les tentatives de prise de contact avec laprimaire.org et Transition qui font le coup du “très occupé”. Il y a aussi #MaVoix (avec Quitterie Delmas, ex-MoDem, qui fait bonne impression au premier abord mais ne s’engage pas dans une discussion, juste une demande d’ami sur FB). Sinon, le site laicart.org a déjà plus de 150 adhérents, dont nombreux en région et aussi à l’étranger. Il faut des volontaires en région pour jouer le rôle de référents (le “conseil Jedi” dont on parlait la semaine dernière) et s’organiser.