Une mesure simple à imposer puisqu’elle existe déjà, à la seule différence que l’uniforme change chaque saison et que ça coûte une fortune aux parents. La dernière paire de baskets, le dernier pantalon et « le haut » dernier cri qu’ils achètent tous dans les mêmes magasins. Enfin un écolier ressemblera à un écolier et ce sera plus difficile de le confondre avec un adulte et de lui vendre des cigarettes ou des jeux à gratter à la sortie des cours. Et il sera également moins tentant de racketter les pompes du mec qui a les mêmes que toi. Évidemment cela abolit également les marqueurs de classe que peuvent être les vêtements. Enfin, et c’est peut-être le plus important, le soulagement des parents qui gagneraient un bon quart d’heure tous les matins. En Grande-Bretagne, où cette pratique a encore cours, elle n’ôte rien de la créativité ou de l’indépendance d’esprit de ces enfants une fois qu’ils deviennent adultes.

Ahmed Meguini

Rejoignez le projet #LaïcArt pour un Parti de la Société Civile
[clean-login-register]