Débat : Le retour de l’uniforme à l’école ?

Une mesure simple à imposer puisqu’elle existe déjà, à la seule différence que l’uniforme change chaque saison et que ça coûte une fortune aux parents. La dernière paire de baskets, le dernier pantalon et « le haut » dernier cri qu’ils achètent tous dans les mêmes magasins. Enfin un écolier ressemblera à un écolier et ce sera plus difficile de le confondre avec un adulte et de lui vendre des cigarettes ou des jeux à gratter à la sortie des cours. Et il sera également moins tentant de racketter les pompes du mec qui a les mêmes que toi. Évidemment cela abolit également les marqueurs de classe que peuvent être les vêtements. Enfin, et c’est peut-être le plus important, le soulagement des parents qui gagneraient un bon quart d’heure tous les matins. En Grande-Bretagne, où cette pratique a encore cours, elle n’ôte rien de la créativité ou de l’indépendance d’esprit de ces enfants une fois qu’ils deviennent adultes.

Ahmed Meguini

Rejoignez le projet #LaïcArt pour un Parti de la Société Civile
[clean-login-register]

Commentaires

  1. Irène

    L’image choisie illustre, paradoxalement, pourquoi cela peur être une très mauvaise idée : renforcement des stéréotypes de genre… Pourquoi forcer les filles à mettre des jupes et à porter de “jolis” vêtements ?

    Et quid des enfants nés intersexe ? Qui aujourd’hui encore sont souvent désignés arbitrairement comme fille ou garçon à la naissance, mais en grandissant ne se reconnaissent pas tels… Les conventions internationales, et la simple justice, veulent que leur identité soit reconnue. Cela peut passer par une période où ils ont une identité “mixte”, et certaines personnes se considèrent toute leur vie comme d’un genre indéterminé, ou fluide. Bref, la question de l’uniforme n’a rien de simple, et on voit par exemple que le retour à un classique uniforme genré causerait d’autres injustices. Au minimum, il faudrait un uniforme unisexe, ou avec des variantes non strictement genrées, comme la possibilité pour tous et toutes de porter un pantalon.

    D’autre part, je sais que l’aspect économique est important, ainsi que la pression sociale pour porter” de la marque “. Mais je repense à ce que me racontait ma mère de quand elle était au lycée : les filles de familles bourgeoises se faisaient fabriquer des uniformes aux normes de l’éducation nationale, mais dans un meilleur tissu, avec de la dentelle, etc. Et c’était sans compter les accessoires ! Bref, imposer l’uniforme pourrait peut-être alléger la pression sur les familles modestes, mais juste en partie.

    En fait, une meilleure piste pourrait être l’interdiction de porter et d’apporter à l’école des articles “de luxe”, en insistant sur l’aspect d’égalité sociale, mais aussi sur la sécurité (décourager les vols) et sur l’incitation aux activités de plein air, peu compatibles avec les vêtements chers, bijoux, etc. (J’ai vu à l’école primaire des fillettes ne pas participer aux jeux de ballon pour ne pas gâter leurs vêtements.)

    Bref, mettre des limites raisonnables… Les enseignants sur le terrain essaient de le faire, mais c’est loin d’être quelque chose que le ministère encourage.

  2. @pakau91

    Je suis pour un retour à l’uniforme. Un uniforme moderne et bien pensé qui aiderait à applanir les différences sociales. Le service militaire qui était censé jouer ce rôle (entre autre) à depuis longtemps disparu. L’uniforme est un bon moyen d’appliquer le vivre ensemble sans délit de faciès.
    L’argument économique peut être entendu. Le désir de vivre ensemble se doit d’ être plus fort.
    A+