«Je m’appelle Stéphanie et j’ai rejoint le Parti de la Société Civile»

J’ai 34 ans et je vis en Espagne.

L’autre jour, une amie m’a lancé cela dans la figure :
« Tu n’as pas à donner ton avis sur la politique française, tu as quitté le pays, tu n’aimes pas la France, car tu es expatriée. »
J’ai toujours voulu vivre en Espagne, mais j’aime la France, c’est mon pays, je suis Française et je vote au consulat. Ex-prof, fille, petite-fille, nièce de hussards noirs, j’aime la France, mais je n’aime pas ce qu’elle est devenue. Ma France, c’est celle de l’ascenseur social grâce à l’école, celle qui permettait aux fils d’ouvriers de devenir professeur et au fils du boucher, mon père, de devenir avocat. Mon amour de la France est lié à cet héritage des hussards noirs, que la gauche a lâché depuis longtemps en détruisant l’école et en abandonnant la laïcité. La réforme actuelle du collège est le dernier acte d’une longue forfaiture. Cet amour a été nourri aussi par les lectures, par Péguy et ceux qui aiment la « France charnelle », la France de Hugo, de Zola, la France des Lumières, mais aussi la France qui repose à la basilique de Saint-Denis. Je cite souvent cette phrase de Marc Bloch : « Il a deux sortes de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération ». Ma France est celle de Valmy et celle de Saint-Denis, elle est celle des DOM-TOM, des banlieues, des campagnes, celle de la Résistance, celle du 11 janvier, elle est Charlie.

Pourquoi soutenir Laïcart ?

Tout d’abord, parce que la réaffirmation de la Laïcité est à même de garantir la paix sociale, ce sera le rempart contre les communautarismes. La laïcité, qui n’est pas la haine du religieux, mais celle qui garantit la coexistence entre les religieux et les athées, doit être réaffirmée. J’ai longtemps voté à droite, mais je ne peux plus. Homosexuelle et féministe, je ne peux plus voter pour les LR qui suivent Sens Commun et la Manif pour tous. Je ne peux plus voter pour un parti dont la logique est purement comptable en oubliant l’humain. Je ne peux pas non plus voter à gauche pour les raisons énoncées ni pour le FN. La France a changé, nous ne sommes plus en 1960. Depuis des années, nous voyons toujours les mêmes hommes et femmes politiques, Juppé, Hollande… Les Français veulent choisir en 2017…

Pourquoi pas alors un parti de la Société civile réunissant une large majorité de citoyens ? Des citoyens de droite comme de gauche qui ont des divergences, mais qui se ressemblent sous les mêmes valeurs. Une société qui se prend en main et qui refuse les professionnels de la politique.
Un doux rêve ?

En 2011, ils ont dit à Podemos : « Au lieu de manifester, présentez-vous aux élections ! »
C’est ce qu’ils ont fait.

À quand la même chose en France ?

Stéph

Rejoignez le projet #LaïcArt pour un Parti de la Société Civile
[clean-login-register]

Commentaires

  1. Reine Zinzin

    Bonjour,

    Les élus sont des citoyens élus par d’autre citoyens, et s’ils viennent de la société civile, ils seront toujours des citoyens, et des élus 😉

    Sinon, l’admirable phrase citée est du très grand Marc Bloch dans son “Étrange défaite ” écrite en 40, avant qu’il ne s’engage dans la Résistance et meurt, fusillé. Il avait combattu pendant la première guerre mondiale, en était revenu en héros et avait demandé à combattre pour le seconde, alors qu’il avait passé l’âge.