#LaïcArt : le premier parti qui ne te prend pas pour un con

Notre mou­ve­ment se construit dans l’urgence et la patience, beau­coup de choses ont été faites et il reste encore énor­mé­ment de tra­vail. On ne construit pas un pro­jet pour un vieux pays comme la France comme on lance une ligne de vête­ments. Ce mou­ve­ment se construit une his­toire, des per­sonnes se ren­contrent et dis­cutent de l’avenir, elles écrivent aussi et se nour­rissent des sages de pas­sage. Susciter un espoir chez nos com­pa­triotes est une res­pon­sa­bi­lité que nous pre­nons très au sérieux. Une sor­tie média­tique pré­ma­tu­rée, c’est un peu mettre la char­rue avant les bœufs. Je ne déses­père pas de ras­sem­bler les dif­fé­rentes ini­tia­tives, sim­ple­ment parce que c’est la rai­son d’être de notre mou­ve­ment. Je ne me méfie pas des médias, bien au contraire je prends le métier de jour­na­liste très au sérieux. Un métier avec ses contraintes de for­mat et ses effets gros­sis­sants confi­nant par­fois à la cari­ca­ture, c’est le métier qui est comme ça. Le moment venu, nous nous expo­se­rons et nous pré­sen­te­rons nos quelques « bons clients » pour nour­rir la machine.

La France c’est aussi une musique qui a son tempo, et un peuple qui connaît trop bien la chan­son, tous autant que nous sommes, las­sés d’être pris pour des cons.

Nous tra­vaillons, 160 membres aujourd’hui, la moi­tié est active sur le réseau #LaïcArt. Les groupes de région ne tra­vaillent pas assez, à Paris nous nous réunis­sons une fois par semaine, des réunions longues du fait d’un grand nombre de par­ti­ci­pants. Nous avons décidé de nous divi­ser en pôle de com­pé­tences avec des super­vi­seurs appe­lés pro­vi­soi­re­ment « le conseil Jedi », ils seront nos aiguilleurs du ciel, ils sur­veille­ront l’altitude et nous gui­de­ront pour les décol­lages et les atter­ris­sages. C’est pour l’instant la méthode la plus per­ti­nente que nous ayons trou­vée pour pro­duire en garan­tis­sant une véri­table hori­zon­ta­lité.

Seule l’horizontalité qui inclut tous les citoyens dési­reux de s’engager peut se reven­di­quer de la société civile. Les orga­ni­sa­tions pyra­mi­dales ne peuvent rien pro­duire d’autre que le pou­voir cor­rup­teur, nous connais­sons ce che­min, nous en reve­nons à peine.

Pour le constat il suf­fit d’avoir des yeux, pour le pro­jet il suf­fit d’avoir du cœur. La France ne peut se renou­ve­ler que dans le roma­nesque et non dans un mar­ké­tage où se dis­putent le déri­soire et le pathé­tique. Fidèle à la France et à son Histoire #LaïcArt ne s’autorisera pas à fabri­quer du prêt-à-penser, nous choi­sis­sons le temps long des petites mains de la haute cou­ture, aux logos nous oppo­sons la griffe et au mar­ke­ting nous pré­fé­rons l’intelligence au ser­vice de la créa­tion.

Rejoignez le pro­jet #LaïcArt pour un Parti de la Société Civile

Commentaires