Le droit au sourire : un accès aux soins dentaires accessible à tous

Lettre ouverte à Madame Marisol Touraine, Ministre de la Santé

Dans un pays où l’on se vante de la qualité de notre système de soins, beaucoup de nos concitoyens et pas seulement parmi les plus pauvres ne sourient plus parce qu’ils ont honte d’exposer une dentition abimée quand elle n’est pas à damier. Interdit de sourire, on ne participe plus à l’expression de la joie, on ne communique plus son enthousiasme par honte de soi. Le sourire est un élément capital du “vivre ensemble”. Les « sans dents » existent, mais ils n’en parlent pas de peur que cela se voie. Voilà pour quoi je propose cette mesure inventée par Roland Castro en 2002 dans les travaux du Mouvement de l’Utopie Concrète. Je demande donc solennellement à Madame la Ministre de la Santé de proposer dans les meilleurs délais un dispositif de santé dentaire accessible à tous et pas seulement aux plus fortunés ni aux plus démunis d’entre nous, car bien souvent il suffit d’avoir à peine dépassé le seuil de la misère pour ne plus avoir droit à rien ou presque. Parce qu’un sourire en appelle d’autres, donnons-nous les moyens de ne plus être obligés de faire la gueule et, Madame la Ministre il se pourrait bien que vous en profitiez.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma plus haute considération.

Ce billet sera également envoyé au ministère et je publierai ici la réponse.

Rejoignez le projet #LaïcArt pour un Parti de la Société Civile
[clean-login-register]

 

Ahmed Meguini

Commentaires

  1. Dominique

    Effectivement, l’accès aux soins dentaires (et à d’autres soins) et un problème de plus en plus important en France.

    Toutefois, depuis le 1er janvier 2016, tous les salariés ont une mutuelle, obligatoire proposée par leur entreprise. Ce qui permet une couverture plus importante des soins.

    De plus, il existe des dispositifs, pour les plus démunis, recensés ici : http://www.accesauxsoinsdentaires.aoi-fr.org/default.html Je ne sais pas si le site est à jour au niveau des montants (vu que la dernière maj date de 2011!)

    D’une façon générale, le système de soins français doit être revu afin qu’il bénéficie à tous de manière équitable. Nous basculons ces dernières années vers un système à l’américaine qui n’est pas acceptable.

    D’ailleurs on ne m’enlèvera pas de l’idée que la mise en place d’une mutuelle obligatoire pour tous les salariés a été fait sous la pression des lobby tels que Malakoff Mederic, dirigé par le frère de N. Sarkozy. Et quand on voit que F. Hollande vient de “parachuter” une de ses collaboratrice à un haut poste dans une société proposant des mutuelles santé… on continue à s’interroger!

    1. Ahmed Auteur du sujet

      J’ai une mutuelle qui coûte les yeux de la tête et qui rembourse que dalle pour mes dents. Un mec au RSA se soigne plus facilement ses dents que moi.

  2. Manuella

    Le problème n’est pas l’accès aux soins dentaires (dont les honoraires ne sont pas libres) : se faire traiter ou arracher une dent est pris en charge.
    Exemple, pour le soin le plus cher “dévitalisation d’une molaire” : tarif conventionnel 81,94€, remboursement SS (70%) 57,35€ (tarif Ameli).
    En revanche, vu le prix exorbitant des prothèses, même ceux qui ont un salaire et une “bonne” mutuelle, doivent trouver entre 30% et 50% des sommes.
    Exemple, pour une couronne céramique (seule, sans inlay core), le remboursement SS est de 75,25€ (cotation SPR50), le remboursement mutuelle de 215€ = 290,25€.
    Le défi est de trouver un dentiste qui pose une couronne à ce prix… Les tarifs sont “libres” (autour de 600€).
    Les dents provisoires ne sont prises en charge ni par la SS ni par les mutuelles. Édenté tu seras pendant les soins si tu ne sors pas 60€ au minimum !
    Quant aux implants, ils ne sont pas remboursés par la SS, et sont pris en charge entre 150€ et 350€ selon les mutuelles, pour un coût entre 700€ à 1500€
    Qui plus est, les dentistes “des villes” ne “gagnent rien” à prodiguer des soins et à tenter de sauver une dent ! Ce sont des “arracheurs de dents” et ils ne le font uniquement que s’ils posent une prothèse après…
    Le “tourisme dentaire” existe, surtout quand il y a beaucoup de prothèses à poser. Et nombreux sont les Français qui partent à l’étranger où parfois la facture est divisée par deux… D’autres vont à l’école dentaire et ils ne font pas partie des plus démunis !
    Aujourd’hui, la seule proposition la moins onéreuse est le dentier… Pour un 14 dents, la base de remboursement est 182,75€ (SPR85) : 70% pour la SS (127,92€) + mutuelle minimum 100% (182,75€) = 310,68€ pour un coût minimum de 800€ (en cherchant bien !!).
    Madame Marisol Touraine à du pain sur la planche…

    1. Dominique

      Comme tu le souligne justement, les dentistes des “villes” ont tendance à abuser sur les coûts des soins mais également des prothèses (pas que les dentistes d’ailleurs).
      Il me semble difficile pour le ministère de la santé de trouver seul une solution, car cela doit se faire en concertation avec les professionnels de soins, dans le cas présent les dentistes.
      Il existe par contre des centres dentaires proposant des prix “cassés” sans remettre en cause la qualité des soins. Certains dentistes ont joués le jeux, et je pense que la solution serait plutôt d’aller vers une généralisation de ce type d’établissement. On est quelque part dans l’économie solidaire

      1. Manuella

        J’ai été moi-même “en errance” dentaire en 2012 et… je ne suis pas partie à l’étranger mais en province. J’ai divisé par deux la somme hors remboursement mais j’ai quand même dû trouver 4000€ !!!!! C’est bien pour cela que je parle des dentistes des “villes”.
        Maintenant, si les choses se sont arrangées avec les “centres dentaires” tant mieux. Mais, comme je précisais, le problème n’est pas les soins dentaires puisque les tarifs ne sont pas libres, et les dentistes qui jouent le jeu sont ceux qui respectent ces tarifs et ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires. Le problème est donc bien le coût des prothèses. Et un dentiste travaille avec un prothésiste. Il peut évidemment réduire le prix de tout le travail qu’il fait avant, pendant, et après la pose de la prothèse… mais n’a pas vraiment de possibilité de réduire le coût de la prothèse !
        Tous les tarifs que je cite sont les tarifs actuels. Une couronne sans Inlay core n’est possible que quand la dent a été correctement “entretenue” et que la racine est “viable”. Pour les édentés qui n’ont eu que le choix de se faire arracher les dents, il n’y a que les implants comme solution et… ils ne sont toujours pas pris en charge. Quand je parle du dentier, c’est bien la seule solution, hélas. Et 800€ est le tarif le plus bas qu’on puisse trouver…

        1. Dominique

          et quel serait d’après toi la solution à ce problème de coût des prothèses ? Ou tout du moins sur quel axe faudrait-il travailler ?
          Car visiblement, et tu semble mieux connaitre le sujet que moi, le coût des soins dentaires peut se solutionner (en partie) et ce n’est donc pas sur cet axe qu’il faut travailler auprès du ministère.

          1. Manuella

            Pour sortir de l’expérience personnelle ou du “tous pourris”, ce n’est pas aux dentistes de pratiquer l’économie solidaire. S’ils sont capables d’appliquer le tarif conventionnel des soins quand ils sont dans des centres dentaires, c’est parce qu’ils n’ont pas à leur charge les frais de fonctionnement de leur cabinet (personnel, matériel, entretien, location, etc.) : une heure sur la chaise d’un dentiste coûte déjà un certain prix avant qu’il n’ait commencé à intervenir !
            Et, pour le prothésiste, c’est évidement la même chose. Les prothèses “pas chers” que l’on trouve en France viennent…. de Chine ! Étonnant, n’est-il pas ?
            Ce n’est pas sur les coûts des soins mais sur les barèmes de remboursement SS qu’il faut travailler…
            Tout comme pour les lunettes : tu n’as pas d’argent, tu ne vois pas et basta ! La SS rembourse 60% de 30,49€ pour la monture, quant aux verres… Il ne fait pas bon être vieux et avoir besoin d’une correction “compliquée”. Les porteurs de lunettes en savent quelque chose !
            Mais la SS ne va pas bien… et depuis longtemps.
            Ils cherchent mais n’ont apparemment pas encore trouvé de solution.

            1. Dominique

              Ils n’ont effectivement pas trouvé la solution car si tu augmente les remboursements, tu rentre dans un cercle “vicieux” ou c’est le privé qui in-fine va imposer les tarifs, ce que la sécurité sociale visiblement et on la comprend ne souhaite pas.
              Après, il est certainement possible de trouver un juste milieu.

  3. Dominique

    il suffit d’aller en Hongrie pour se rendre compte que le tourisme dentaire fonctionne très bien (et d’ailleurs pas que pour les français)

  4. Boudiaf

    Je suis partie e hongrie me faire sougner les dents !!! J’ai payé une fortune en france et 6 dentistes m’ont bousillé toutes mes dents !! Pire c est impossible! ! Je repars en hongrie en avril et je REVIS !!
    De plus les soins de bases sont pris en charge par la secu !!!

    1. Dominique

      j’adore la hongrie 🙂
      faudra qu’on en discute car j’hésitais un peu à y aller même si en y passant des vacances plusieurs années de suite, j’ai bien vu que les centres dentaires avaient l’air plutôt moderne.

  5. Marie Clotilde

    Bonjour,
    Le combat pour l’accès aux soins dentaires ne pourrait-il pas s’accompagnement d’une prise en charge pour les lunettes et les prothèses auditives. Tout les trois sont très chers et pourtant indispensables pour une recherche d’emploi. La fameuse souplesse, ça passe aussi par là.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *