Paris le 6 mars 2016,
Monsieur le Président de la République,

Je vous écris pour vous faire part de mon sentiment d’humiliation face à ce que je considère comme une trahison. Je vous ai adressé un courrier il y a un an, le 25 mars 2015, pour vous alerter sur le sort de centaines de libres penseurs et d’athées, suppliciés, condamnés au fouet, à mort, ou sommairement exécutés dans des pays considérés à tort comme des alliés. Vous m’aviez alors répondu par l’intermédiaire de votre chef de cabinet en ces termes hautement républicains : « Soyez certain de la détermination du Chef de l’Etat à combattre la barbarie et l’obscurantisme et à défendre, en France et partout dans le monde, les valeurs d’égalité, de progrès et de pluralisme ».

Hier j’apprends par l’agence officielle de presse saoudienne que vous avez remis la légion d’honneur au prince héritier Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud, vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur. Monsieur le Président de la République, vous venez de détruire définitivement le symbole que représente la légion d’honneur en la remettant à un homme, qui par sa fonction, est directement responsable de 153 décapitations, de centaines d’amputations, de dizaines de milliers de coups de fouet.

Monsieur le Président de la République, je vous demande de rendre compte en donnant des explications sur cette impardonnable faute politique, qui n’est rien d’autre qu’une trahison de l’héritage républicain et universaliste de la France. Vous avez gravement porté atteinte à des symboles qui ne vous appartiennent pas.

Salutations républicaines,

Citoyen Ahmed Meguini