Je ne pardonnerai pas à cette gauche

Les seuls à pouvoir provoquer une colère qui rivalise avec celle qu’engendre chez moi les terroristes de Daesh sont les traîtres qui maquillent leur lâcheté en antiracisme. Cette même colère qui vous réveille la nuit, qui produit des scènes de violence dans mon esprit. J’ai eu a subir le vrai racisme celui qui burine le cœur et l’esprit pour le reste de votre vie. Je me suis battu, souvent bien seul, pour me faire admettre comme Français. J’ai servi mon pays comme Sapeur Pompier volontaire puis comme engagé volontaire de l’armée de terre et aujourd’hui ici, au sein du réseau LaïcArt. Entre ces engagements mes combats ont toujours été à gauche, cette gauche qui m’a soutenu quand j’ai été injustement arrêté, quand on m’a jeté en prison pour un délit que je n’avais pas commis et une partie de cette gauche voudrait me faire passer pour un islamophobe aujourd’hui ? Moi le fils d’immigrés algérien et marocain, né en France d’un père soudeur et d’une mère femme de ménage, c’est ce qui écrit sur mon acte de naissance, j’ai eu énormément de chemin à parcourir en navigant entre racisme et xénophobie bienveillante pour être le Français que je suis aujourd’hui. Ceux qui veulent m’ôter cela en me faisant passer pour un raciste islamophobe, comprenez que vous vous attaquez au combat d’une vie et que ce monde n’est pas assez grand pour pouvoir échapper à ma colère. Désolé ne pas être un Musulman fragile qui fait appel à votre pitié, à votre charité humanitaire, je suis un citoyen, un Français libre, je n’ai que ce que j’ai pris et pour me le reprendre, il faudra venir le chercher.

Je ne vous salue pas

Ahmed Meguini