Il faut remercier les étudiants de Sciences Po pour tous ces bons sentiments et s’inquiéter pour l’avenir de la République.