La gravité d’un violoncelle et la passion de cent violons, une flûte, traversière pour la lumière. Des francs-tireurs derrières les lignes, des hussards sans base arrière, le combat de LaïcArt comme une plume, virevoltant, se jouant du mauvais vent, se jouant éperdument et touche le sol délicatement au bon endroit, au bon moment. Il y a le destin, une série d’heureuses coïncidences, et il y a les écrivains qui écoutent avec patience, comprenez la générosité de ceux qui prennent une part de la souffrance par goût de l’aventure, de la romance. La désespérance magnifiée,  ils subliment les défaites en attendant le mûrissement, de ce qui ne doit pas être une victoire mais le triomphe éclatant de la vérité. Vous seul savez si vous avez une place à nos côtés. 

Ahmed Meguini





Pour dherer à LaïcArt