D’abord la parole, nous pourrons dire la vérité, celle qui empêche les  carrières politiques de se faire. Nous pouvons apporter des solutions nouvelles avec une méthode inédite, une horizontalité, un débat permanent, une addition des intelligences rendue possible grâce aux nouvelles technologies.  Les représentants nationaux ont souvent perdu tout contact avec le réel. Nous sommes le réel et nous sommes également responsables d’avoir perdu ce contact. Nous ne pouvons attaquer le clientélisme sans oublier de dénoncer les clients. Nous pouvons mettre fin au carriérisme politique parce que la nôtre est déjà bien avancée et que nos ambitions sont ailleurs. Cet engagement ne nous offre aucun privilège, juste du temps en moins sur notre sommeil et pour nos familles et sans autre rétribution que la satisfaction d’accomplir notre devoir. La responsabilité politique ne peut aller au-delà de 10 ans, il y a en France suffisamment de talents. Les partis politiques doivent redevenir des incubateurs, une pépinière de futur représentant, qui ont déjà un métier et qui le moment venu, retourneront à leur charrue.

Notre France telle qu’elle existe aujourd’hui, se passerait bien volontiers de l’idée de «monarchie républicaine» et des ors de la république. Le chef du gouvernement britannique ne perd rien de son prestige à ne pas habiter un palais.  Un ministre peut comme chacun de nous tenir lui même son parapluie et un chef de l’État peut ouvrir et refermer lui-même la porte de son bureau sans craindre une entorse du poignet. Des minorités sont aujourd’hui surreprésentées par le pouvoir de l’influence des lobbys, qui parfois vont même jusqu’à rédiger des propositions de loi : pour les lobbys par les lobbys, c’est fini.

Enfin la Laïcité, la séparation de l’église et de l’état dont chacun affirme publiquement qu’elle est non négociable, alors que localement on renonce rarement à aller chercher des voix dans les chapelles. En tant que Parti de la Société Civile, nous avons le pouvoir de dénoncer les corrompus comme les corrupteurs. Il n’y a aucune raison d’épargner nos concitoyens qui votent et revotent pour des délinquants multirécidivistes en échange de quelques privilèges. Si nous avons une image dégradée de nos élus soyons sûr que souvent, ils ont de bonnes raisons de retourner le compliment. Voici ce que j’appelle la vérité, elle est par nature désagréable, parce qu’elle nous remet tous en question. En ligne de mire 2017, si maintenant si on laisse les choses se dérouler sans agir, sans être aujourd’hui capable de cette audace, n’ayons pas demain le culot de nous plaindre encore d’aller voter contre et d’accabler les abstentionnistes. 

Fraternellement

Ahmed

Ici vous n’avez que des devoirs, devenez créateur et BÊTA testeur de la République 6.0

[clean-login-register]