Il y a quelque chose de pourri au royaume laïque de la Libre Pensée

Il y a quelque chose de pourri au royaume laïque de la Libre Pensée, de la Ligue des droits de l’Homme et de la ligue de l’enseignement

Notre époque est la proie d’une complète confusion intellectuelle et idéologique.

Le dernier exemple en est l’étrange dérive des positions de la Libre Pensée, de la Ligue des Droits de l’Homme et de la Ligue de l’Enseignement.

Comme vous allez le découvrir, ces trois associations se dévoient dans des compromissions inquiétantes pour les combats progressistes à venir et pour la solidarité qui devrait régner entre les mouvements émancipateurs, progressistes, laïques et athées-compatibles.

Mais passons aux faits.

Un communiqué commun à la Ligue des Droits de l’Homme, la Ligue de l’enseignement et la Fédération Nationale de Libre a été publié en ce début d’année.

Et il nous vise.

Il concerne la campagne militante menée, notamment ici par LaïcArt, contre les dérives l’Observatoire de la Laïcité, une autorité administrative indépendante.

Pour rappel, un des rapporteurs de cet observatoire avait récemment attaqué Elisabeth Badinter, qui dénonçait l’utilisation aberrante du dernier point Godwin à la mode : l’accusation en islamophobie.

Notre preux chevalier 2.0, Nicolas Cadène, avait immédiatement twitté, avec beaucoup d’élégance eu égard cette grande dame :

« Quand 1 travail de pédagogie de 3 ans sur la #laïcité est détruit par 1 interview à @franceinter d’1 personne. À quand 1 vrai débat clair ? ».

S’entêtant après la levée de bouclier qui s’ensuivit, il dénonça bientôt être la victime d’« Une sorte de chasse à l’homme organisée par des gens qui osent se dire “laïques” et des identitaires FN >La laïcité, c’est le respect mutuel »

Pour le devoir de réserve d’un fonctionnaire, on reviendra.

Plus grave encore, le président de l’observatoire, Jean-Louis Bianco, au lieu de désavouer son jeune et téméraire compagnon, en rajouta plutôt une couche dans les médias :

« Il est vrai qu’une réaction laïciste intégriste se développe depuis quelques années en France. »

C’est le même président qui avait déjà affirmé en 2013 que « la France n’a pas problème avec sa laïcité » et qui a co-signé une tribune intitulée « Nous sommes Unis », au lendemain des attentats du 13 novembre aux côtés du CCIF, de Nabil Ennasri, réputé proche des Frères musulmans.

Cette affaire a notamment conduit à la mise en retrait volontaire de l’Observatoire de la Laïcité, du député socialiste Jean Glavany, de Patrick Kessel, président du comité Laïcité République, de l’ancien Grand Maître du Grand Orient de France, et Françoise Laborde sénatrice (PRG) de Haute Garonne.

Manuel Valls s’est finalement publiquement prononcé contre cette position des compères Bianco et Cadène.

LaïcArt a également pris position dans le débat, par des articles diffusés sur les réseaux sociaux et par la diffusion d’une vidéo de l’action militante menée sous les bureaux de l’Observatoire de la Laïcité.

Ce que nous critiquons, c’est qu’en dehors de tout mandat électif, l’Observatoire de la Laïcité se positionne clairement en faveur d’une certaine conception de la laïcité, dite « ouverte », qui au nom du respect de la différence, affirme la nécessité de faire plus de place aux religions (notamment, pour l’instant, surtout à l’islam) en dénaturant le concept de laïcité.

Faut-il encore rappeler le caractère opportuniste des sectes monothéistes, qui dès qu’on leur accorde trop d’importance, se transforment en totalitarismes des plus sanguinaires ?

Pas de tolérance pour ces ennemis héréditaires de la tolérance et s’il faut le rappeler, n’ayons pas peur de le faire : les religions monothéistes sont, par essence, intolérantes, totalitaires, réactionnaires, contre-révolutionnaires et c’est l’honneur de la gauche d’avoir mis à genou la secte catholique.

C’est pourquoi la capitulation actuelle devant le retour du religieux, esquissée par la « laïcité ouverte », trahit notre laïcité telle qu’elle a été pensée par ses pères fondateurs parfaitement anticléricaux: Clemenceau (d’ailleurs illustre membre… de la Libre Pensée de l’époque!) et le parti radical.

C’est la porte ouverte à d’autres capitulations toujours plus irrationnelles, au nom du respect de leurs croyances et bouquins divers: le créationnisme pour tous au lieu du mariage pour tous, les horaires séparés à la piscine et bientôt à la plage, le délit de blasphème au nom du respect des croyances, l’interdiction de l’humour pour les mêmes raisons, l’hystérie autour de la théorie du genre, la bigoterie généralisée, l’hypocrisie puritaine, et, évidemment le patriarcat.

Voilà ce qui menace derrière ce qui semble être de petits débats et l’islam n’est que l’avant-garde des deux autres sectes monothéistes, qui attendront toujours l’heure de la revanche si on leur laisse le champ libre.

Accordez un peu d’importance et de respect aux théories des monothéistes et c’est la porte ouverte à toutes leurs folies.

Nous sommes donc d’accord qu’il eut surtout fallu être plus clair et ferme, dans cet petit débat autour de la laïcité.

Au moins pouvions-nous espérer un peu de soutien… de la Libre Pensée par exemple…

Et bien que nenni ! C’est tout l’inverse qui vient de se produire !

Par un surprenant coup de poignard dans le dos, nos ex-héros de la laïcité ne trouvent pas mieux à faire… que de dénoncer publiquement notre militantisme, certes sans nommer LaïcArt précisément.

Extraits choisis du communiqué, intitulé respectueusement : «  A propos d’une campagne de délation menée contre l’Observatoire de la laïcité : Entre précieuses ridicules et Vychinski d’opérette »

« (…) Coincés dans des aventures personnelles d’ambition non réalisées, des rancœurs anciennes et des conceptions liberticides nauséabondes, ces Ayatollah « laïcides » se prennent pour des Vichinski (procureur menchevik des procès de Moscou en 1937).. »

« La Fédération nationale de la Libre Pensée, révulsée par une telle attitude, qui a toujours été condamnée par la conscience démocratique, s’est donc associée sans aucun problème ni réticence à la déclaration commune ci-dessous à l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme et de la ligue de l’enseignement… »

L’Observatoire de la laïcité, son Président et son rapporteur viennent d’être la cible ces derniers jours d’attaques aussi injustifiées que dénuées de fondement.(…) etc. » 

La vieillesse est certes un naufrage, mais on aurait quand même pu s’attendre à une autre réaction de ces associations centenaires, à minima un peu de solidarité avec ceux qui ont le courage de s’engager à leur place en se levant par prudence devant les prémices d’un nouveau totalitarisme religieux.

Les ex-tenants de la laïcité ne trouvent pas mieux à faire que de dénoncer notre action et de nous confondre avec les vrais xénophobes de l’extrême-droite. Cela participe ainsi à renforcer cette impression de capitulation, d’accommodement raisonnable, de communautarisme bien-pensant et d’une laïcité à géométrie unique.

Ou pire ?

Le pire que je n’ose imaginer, serait que leur grille de lecture identifie encore l’islamisme politique à un romantisme révolutionnaire née de la détresse d’une classe opprimée par les réflexes néo-coloniaux des racistes blancs. Quand on connait le fric drainé par les associations islamistes, le soft power culturel des pétrodollars wahhabites qui tendent à faire disparaitre les riches cultures arabo-andalouses d’origine des populations immigrées sous la mode pas très funky de l’islam radical, ce serait à pleurer de rire !

A croire que la Libre Pensée d’aujourd’hui aurait défendu le droit des Vendéens à rétablir la société de castes et la monarchie de droit divin, au nom du respect des croyances de communautés religieuses rétrogrades exploitées par le Tiers-Etat.

Mais bref, pour la Libre Pensée, la Ligue des droits de l’Homme et la Ligue de l’enseignement, c’est circulez, il n’y a donc rien à voir à l’Observatoire de la Laïcité !

Alors quoi ? Les méthodes de LaïcArt ne plaisent pas car elles sont trop visibles ?

Vous comprenez, aller manifester devant l’Observatoire de la Laïcité, c’est de l’inquisition stalinienne.

Tout comme les FEMEN dérangent des féministes à géométrie variable bien installées dans leurs certitudes, LaïcArt dérange par sa volonté d’activisme bousculant les habitudes poussiéreuses d’associations confortablement institutionnalisées, certes vénérables, mais complétement larguées en 2016 et obnubilées par les catholiques.

Un mouvement comme LaïcArt met surtout en lumière le schisme qui est en train de renaitre à gauche, notamment comme sous la Troisième République.

Tout cela ne serait pas bien grave si ce n’était que cela, une guerre picrocholine.

Mais aujourd’hui, après les attentats de 2015 et les fatwas en tout genre, les choses ont changé: ce genre d’accusation, comme la campagne menée contre Kamel Daoud, sert la soupe des arguties extrémistes conduisant des français à en massacrer d’autres au nom de leur religion.

Les Français, quand bien même ils sont issus d’une minorité, n’ont pas besoin d’églises, ils n’ont pas besoin de synagogues et ils n’ont pas besoin de mosquées, ils ont seulement besoin d’écoles, de professeurs de français, d’histoire, de science et d’arts. Et cela devrait être le souci premier de l’État et des élus, au lieu de chercher à se faire réélire en flattant des communautés qu’ils contribuent à faire naître.

Maintenant reste une question. Que faire ?

Car il faut faire quelque chose, sinon pourquoi ce mouvement ?

Je propose de nominer ces trois associations au « Grand Prix LaïcArt de l’Idiot Utile des Religions 2016 »

Vi

Commentaires

  1. Vi Auteur du sujet

    Dans le même sens, quelques articles de presse récents mettant en lumière le décalage entre des partis et organisations qui n’ont plus rien à voir avec les engagements humanistes et progressistes originels issus de la révolution et des Lumières.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/03/11/la-gauche-de-la-gauche-est-elle-de-gauche_4881307_823448.html

    http://www.huffingtonpost.fr/caroline-fourest/crise-gauche-hollande_b_9398360.html?utm_hp_ref=france